Aperçu de raid : le palais Sacrenuit

Les héros d’Azeroth ont déjoué maintes intrigues et surmonté bien des dangers dans la resplendissante cité de Suramar. Il est désormais temps de passer à l’étape suivante et de relever les défis qui vous attendent au cœur de la ville, dans le palais Sacrenuit.

  • Niveau minimum : 110
  • Lieu : Suramar
  • Boss : 10

Le palais Sacrenuit, plus grand édifice des îles Brisées, compte parmi les œuvres architecturales les plus majestueuses d’Azeroth et témoigne de la grandeur de la civilisation qui l’a bâti. Abritant le Puits de la nuit, la fontaine de puissance arcanique qui alimente Suramar depuis des siècles, le palais se voulait un havre de paix, loin des vicissitudes du monde. Mais comment ignorer la tempête de corruption grondant au-dessus de l’ancien temple d’Élune, de l’autre côté de la baie ?Oui, comment, alors que Gul’dan a fait de ces murs sa résidence ?

Commentaire des développeurs : Gul’dan attend au sommet de la grande flèche, et de redoutables agents de la Légion tels que Tichondrius et Krosus rôdent dans la forteresse, mais le palais Sacrenuit n’est pas un raid démoniaque traditionnel. Il rend hommage à l’une des plus grandes civilisations qu’Azeroth ait jamais connues : l’apogée de la magie et la sophistication elfiques. Avec la création de Suramar, nos graphistes et concepteurs ont voulu retranscrire l’ambiance et l’activité d’une ville vivant sous l’occupation. Dans le même esprit, l’équipe travaillant sur les donjons a d’abord cherché à bâtir le grandiose palais de Suramar, avant d’en faire une instance de raid. Depuis les jardins botaniques jusqu’aux quartiers réservés aux hôtes, en passant par un observatoire et par les salles abritant la source de puissance à la base de toute la civilisation sacrenuit, nous avons imaginé une majestueuse cour royale, et seulement ensuite réfléchi à l’impact que pourrait avoir la Légion sur ces lieux. Contrairement à de nombreuses zones de raid nécessairement sombres et oppressantes (le domaine de Xavius ne saurait être lumineux et guilleret, après tout), le palais Sacrenuit propose un environnement à la fois enchanteur et mortel.

Planning :

  • Mercredi 18 janvier : ouverture du palais Sacrenuit en mode normal et héroïque.
  • Mercredi 25 janvier : ouverture du palais Sacrenuit en mode mythique et de l’aile 1 en mode outils Raids (Les Arcqueducs).
  • Mercredi 8 février : ouverture de l’aile 2 du palais Sacrenuit en mode outils Raids (Athenaeum royal).
  • Mercredi 22 février : ouverture de l’aile 3 du palais Sacrenuit en mode outils Raids (La Nocteflèche).
  • Mercredi 8 mars : ouverture de l’aile 4 du palais Sacrenuit en mode outils Raids (L’ascension du Traître).

Le Puits de la nuit

  • Skorpyron : dans les fondations immergées du palais Sacrenuit se trouvent des salles depuis longtemps oubliées, à partir desquelles il est possible d’accéder au Puits de la nuit. Ce monstrueux scorpide cuirassé a élu domicile dans l’une de ces salles. Imprégné du pouvoir du Puits de la nuit et accompagné de ses nombreux rejetons, Skorpyron s’avère un obstacle de taille sur ce qui serait autrement un accès simple et discret au palais Sacrenuit.

  • Anomalie chronomatique : la caverne à la base du Puits de la nuit est un maelström d’énergie brute par lequel remonte de la terre le pouvoir nécessaire pour alimenter une civilisation tout entière. Engendrée par ce flux chaotique, l’anomalie chronomatique est l’incarnation du pouvoir de l’œil d’Aman’Thul. Les attaques d’énergie qu’elle déchaîne modifient jusqu’à l’écoulement du temps.

  • Trilliax : Trilliax servait autrefois l’aristocratie sacrenuit avec fierté. Mais après sa mise au rebut au milieu des carcasses d’assemblages, ses mécanismes se sont peu à peu détériorés. S’il reste résolument décidé à accomplir ses tâches, les ravages du temps ont fini par fragmenter sa matrice de personnalité. Il passe désormais d’un mode à l’autre de manière imprévisible. Tour à tour gardien dévoué ou stérilisateur meurtrier, il demeure en quête de la reconnaissance et de l’approbation d’un maître disparu.

Palais Sacrenuit

Sorcelame Aluriel : Aluriel a toujours eu une prédilection pour la magie. Après avoir gravi les échelons du guet de nuit, cette épéiste émérite en quête éternelle de

  • puissance a étudié auprès des mages de l’université de Suramar. Consacrant ses journées à la pratique du combat et passant ses nuits à l’atelier, elle a trempé ses armes et son armure dans l’eau du Puits de la nuit pour imprégner le métal d’enchantements. Elle est ainsi devenue la première sorcelame, experte des écoles de magie du Feu, du Givre et des Arcanes.

  • Krosus : comptant parmi les plus grandes et puissantes créatures des armées de la Légion, ce seigneur funeste colossal a été vaincu sur le rivage Brisé grâce à la puissance combinée des plus grands héros de la Horde et de l’Alliance. Remis de ses blessures, Krosus a surgi de la baie entre le palais Sacrenuit et la tombe de Sargeras pour écraser quiconque ose s’opposer à la Légion.

Terrasse shal’dorei

  • Grand botaniste Tel’arn : dès le plus jeune âge, le Sacrenuit Tel’arn se fascina pour la botanique, passionné qu’il était par la résistance et la capacité d’adaptation des adventices, l’aptitude d’une simple herbe à absorber le pouvoir du soleil, la possibilité de faire d’un arbre deux plantes ou de greffer deux branches pour n’en faire qu’une. Grâce aux énergies du Puits de la nuit, il s’est transformé au point d’effacer toute trace de l’elfe bien-né qu’il était et se considère désormais comme un être nettement supérieur.

Quartiers du capitaine

  • Tichondrius : ancien chef des nathrezims, le seigneur de l’effroi Tichondrius fut tué par le pouvoir nouvellement éveillé d’Illidan Hurlorage. Réincarné dans le Néant distordu, Tichondrius est de retour pour veiller sur Gul’dan à la demande de la Légion et s’assurer que le démoniste orc ne faillira pas une nouvelle fois à son devoir envers ses maîtres.

Pinacle de l’astromancien

  • Etraeus, l’augure stellaire : l’astromancien sacrenuit Etraeus a consacré de longues années à la recherche de réponses aux grands mystères de l’univers dans les cieux d’Azeroth. Ses divinations lui ont montré des mondes qui dépassent l’entendement, et le pouvoir du Puits de la nuit lui permet de puiser dans l’essence même de ces mondes pour amplifier ses propres pouvoirs.

La Nocteflèche

  • Grande magistrice Élisande : Élisande se distingua autrefois en résistant à la Légion. Ses serviteurs bien-nés et elle rompirent avec la reine Azshara, qui les menait sur une voie sombre, et s’approprièrent le pouvoir de l’œil d’Aman’Thul pour créer le Puits de la nuit qui protégerait Suramar de la Fracture. Mais dix mille ans plus tard, l’arrivée de la Légion l’a laissée fort dépourvue. Elle a donc rejoint les démons dans l’espoir de sauver son peuple en utilisant à nouveau le pouvoir du Puits de la nuit… de façon bien différente.

La Source de nuit

  • Gul’dan : la succession d’évènements déclenchée par la fuite de Garrosh vers Draenor s’est poursuivie, rebondissement après rebondissement, jusqu’à cet instant précis. Bien que ses plans aient été déjoués sur Draenor, Gul’dan est sur le point de remporter la victoire finale pour ses maîtres de la Légion. Posté au sommet du palais Sacrenuit sous un vortex d’énergie gangrenée qui tourbillonne dans le ciel, il attend que son destin s’accomplisse.

Source : Blizzard